jeudi 10 octobre 2013

Lettre une (1) :2013 (Lettres à mon fils)

10 octobre 2013
Je te parle d’une époque où les gens détestaient le solitaire . La sensibilité de l’être humain n’est plus une vertu , tout au contraire  .
Il y avaient des sadiques qui cherchaient ces individus non pas pour les aider à dépasser un malaise mais plutôt pour enfoncer le clou sous un masque humaniste .
Ces « humains » font savoir qu’ils sont objectifs mais leurs jugements n’est qu’une image des apparences parfois flatteuses . 

Dans ses jours tout était "tendance" , de Tarik Ramadan passant par Mahmoud Darouich , pour en finir à Zied Rahabani . Peu importe nos connaissances sur ses messieurs , il fallait faire comme les autres et faire semblant d'adorer ses artistes pour que la tribu félicite nos efforts et pour forger une image imaginaire d'une personne imaginaire par la même occasion . 
Je te parle d'une ère où les célibataires sont en surnombre et les engagements n’étaient que des mariages d’intérêts ou presque  .

mardi 5 mars 2013

Pensées personnelles

  • Dans mon pays , il n'y a pas de génies , il y a juste des gens qui appliquent bien les ordres de la tribu et de la société et en tirent profits et statuts .
  • Des êtres égaux , le rêve , des êtres identiques , un malaise universel .
  • Je critique la violence chez quelques Salafistes mais je ne les déteste pas et j'en ai des amis . Pour la minorité concernée , je pense qu'ils sont des victimes d'un déséquilibre social .En outre , je changerai d'avis le jour où je trouverai un salafiste originaire de Mutuelle ville ou de SidiBousaid et qui y croit à la loi de  la jungle . De même je m'attaque pas arbitrairement  aux bourgeois parce que beaucoup de nouveaux riches rêvent de mener une vie comme la mienne .
  • L'intelligentsia tunisienne sombre dans des débats d'idées inutiles .
  • Bébé à bord signifie qu'il y a un être dangereux dans la voiture . De même entretenir les gamins (qui ont l'air adulte) va de pair avec cette perspective .
  • Dans le monde virtuel ,on parle seul et quelqu'un vient nous répondre .  Même le système rationnel évolue avec le temps et accepte les paradoxes .
  • Se justifier aux humains signifie à leurs yeux une implication d'une manière ou d'une autre . Il vaut mieux être incompris .
  • Il y a des abroutis qui pensent qu'établir une amitié forte avec une femme la privera de les déserter avec le premier amour ou la première admiration d'un nouveau individu .
  • Toujours dans la perspective du profit , tu trouveras toujours ceux qui veulent faire de toi un extrémiste ou par opposition un athée mais rares sont ceux qui veulent t'influencer à être un humain .
  • Il ne faut pas se plaindre de cette race humaine incurable .Il ne faut accuser personne .Le fait d'assumer même les bêtises des autres et de les dépasser vous fera gagner trop de temps .
  • Une aliénation collective ironiquement consciente.
  • Deux amis qui ont le même caractère ? oui il faut poser la question à un vétérinaire .
  • Il y a cette mélancolie qui persiste mais il y a aussi cet enthousiasme qui résiste . La vie n'est qu’un échange de pulsions opposées .
  • Les convictions formeront tôt ou tard un exil .
  • Être correct c'est avoir l'audace de sacrifier des gens pour tes idées .
  • Le grand peuple tunisien n'aime pas les critiques . Une raison pour laquelle je n’épargne personne .

mercredi 13 février 2013

La Tunisie en crise : des solutions non-utopiques

Une semaine après l’assassinat du militant Chocri Belaid , l’une des figures essentielles de la gauche tunisienne , le paysage politique demeure toujours confus .
La tension après une semaine semble être apaisée évitant ainsi  un dérapage plus sanguinaire .
Après deux ans de la révolution tunisienne , la population ne sent pas un vrai progrès . On a l’impression que les partis partagent une peur et une crise de confiance entre eux.
Pour passer à l’essentiel et éviter les discours de sourds , il me semble capital de signer deux contrats sociaux qui injecteront un climat de confiance entre les protagonistes .
Le premier contrat devra être baptisé un contrat démocratique pour préserver les libertés et la démocratie en Tunisie
Le deuxième est religieux. Il préservera le droit des gens de pratiquer leur prière en toute sécurité et de ne pas revenir à l’époque précédente.
Par le biais de ces engagements qui doivent être imposés sur tous les partis ,on pourra vite attaquer le volet de plus intéressent à savoir l’économie.
Le modèle tunisien à ce stade n’a pas besoin d’une bipolarisation entre gouvernement et opposition .Il faut d’abord bâtir les instances capable de tenir les contraintes de la démocratie . Du coup gouverner en coalition peut être une alternative qui évitera le pays d’autres rebondissements parfois dramatique.
Dans le même sillage , une telle démarche coupera le fil conducteur de l’anarchisme et du fanatisme qui peuvent évoluer et être incontrôlables au futur .
Chaque consensus civil est réalisé par un nombre de concessions. Tout le monde devra avancer l’intérêt commun de la société en dépit de son intérêt personnel.




 

dimanche 13 janvier 2013

Ce soir, j’ai envie d’écrire



Ce soir j’ai envie d’arrêter les pendules de l’heure, j’ai envie de partir pour un naufrage , pour un point imaginaire qui sépare l’illusion à la réalité .

J’ai envie de découvrir de nouveaux créatures qui y croient dans la justice , qui ne croient pas dans ruse humaine .

Des gens qui ne respectent pas la hiérarchie traditionnelle.

Des gens qui savent se révolter contre eux-mêmes.

J’ai envie d’amplifier une expérience qui a frôlé la folie de quelqu’un qui a osé se moquer de la vie et des normes ‘’humaines ‘‘.